Les distinctions honorifiques.

Les distinctions honorifiques

Votre ancêtre a peut être été récompensé au cours de sa carrière civile ou militaire.

Les dossiers individuels de demande sont conservés sous les cotes M 121 à M 127 et dans la série Z (archives des sous-préfectures) de 1800 à 1940 et W après 1940. Ils récapitulent la carrière ou le parcours militaire d’un ancêtre. Comportant des éléments relatifs à la vie privée, ils ne sont communicables que 50 ans après clôture du dossier.

Les dossiers d’instruction pour l’attribution d’une distinction honorifique contiennent généralement la lettre de demande de l’individu, du maire de sa commune ou du sous-préfet à l’attention du préfet du département, le détail de sa carrière et l’ensemble des actions qui méritent d’être récompensées.

Pour avoir d’autres informations, vous pouvez vous rendre aux Archives Nationales - site de Paris et pour les distinctions militaires, au Service Historique de la Défense  et au Bureau  central des archives de l’administration militaire à Pau.


Les dossiers présents aux Archives départementales :

 

  • La Légion d’Honneur

Créé en 1802 par Napoléon Bonaparte, c’est une distinction civile et militaire décernée aussi bien aux Français qu’aux étrangers. Les dossiers d’instruction sont classés dans la série M.

Vous trouverez également des propositions d’attribution pour les enseignants dans la sous série 2 T (archives du Rectorat).

Les dossiers définitifs d’attribution conservés aux Archives nationales sont mis en ligne sur la base de données Léonore. Pour chaque personne, la base indique sa date et son lieu de naissance. Elle ne concerne que les médaillés décédés avant 1954. (http://www.culture.gouv.fr/documentation/leonore).


D’autres distinctions civiles apparaissent dans la série M :
.

  • Les Palmes académiques et la Médaille d’honneur  des instituteurs

L’origine des Palmes académiques remonte à 1808, cette distinction a été instituée par Napoléon Ier, pour honorer les membres éminents de l’Université. Son attribution a été étendue en 1866 à des personnes non enseignantes ayant rendu des services éminents à l’éducation.
L’ordre des Palmes académiques, dans sa forme actuelle, a été institué en 1955 par le Président de la République René Coty.

Pour les récompenses à l’attention des enseignants,  il existe dans la sous-série 2 T (archives du Rectorat)  des demandes d’attribution de la médaille d’honneur des instituteurs, créé par Louis XVIII en 1818, qui deviendra en 1886, la Médaille d’honneur du premier degré.
Dans ce fonds,  il n’y a pas de dossiers individuels mais des propositions de distinction avec, parfois, un résumé de la carrière de l’individu.
.

  • La Médaille du Mérite agricole

C’est une distinction instituée en 1883 par le ministre de l’Agriculture Jules Méline pour récompenser les services rendus à l’agriculture.

 

  • La Médaille d’honneur de la marine

Elle est instituée en 1901 pour récompenser les marins de commerce et de la pêche.
 

  • La Médaille de la Famille

Elle est créée en  1920 pour récompenser les mères françaises ayant élevé plusieurs enfants.

 

       La série Z (puis W) consacrée aux sous-préfectures et plus particulièrement le fonds de la sous-préfecture de Dunkerque, comportent également quelques informations sur:

- La Médaille d’honneur des syndicats professionnels
- La Médaille d’Honneur des conseillers prud’hommes
- La Médaille d’Honneur du travail
- Le Mérite social
- La Médaille d’honneur des octrois
- Le Mérite commercial
- La Médaille de la Santé Publique et de l’Assistance publique
- La Médaille d’Honneur communale
- La Médaille d’honneur de la prévoyance sociale
- La Médaille d’honneur des sociétés musicales et chorales
- La Médaille d’Honneur de l’Education physique

 

Les distinctions militaires :
.

  • La Croix de Saint Louis

Distinction d’Ancien Régime, elle est supprimée sous la Révolution. En 1814, Louis XVIII recréé l’ordre de Saint-Louis, définitivement supprimé en 1830.
.

  • La médaille de Sainte-Hélène

C’est une médaille commémorative accordée aux survivants de toutes nationalités des guerres révolutionnaires et impériales par Napoléon III  en 1857.
Les dossiers conservés aux Archives départementales sont les seules sources sur les médaillés car les archives de la Grande Chancellerie de la Légion d’Honneur ont été détruites en 1871.

Une base de données recense tous les médaillés de Sainte Hélène ainsi que les ressources disponibles sur ces médaillés aux Archives départementales
( http://www.stehelene.org). Elle indique :

- Les nom et prénoms
- Le lieu de résidence
- Le pays de résidence
- Le grade
- Le régiment
-
La période
- Le numéro de dossier
.
  • La Médaille de la Reconnaissance française

       Cette distinction a été créée en 1917 pour récompenser tous ceux qui sans obligation légale ni militaire, étaient venus aider les blessés, les invalides ou encore qui avaient accompli un acte de dévouement exceptionnel  en présence de l’ennemi durant la Première Guerre mondiale. Elle fut  aussi décernée après la Seconde Guerre mondiale jusqu’en 1959. Les dossiers d’attribution sont classés en série W.
.

  • La Médaille des prisonniers civils de 1914-1918

Elle est créée en 1936  pour témoigner de la reconnaissance de la France pour tous les prisonniers civils, otages ou déportés. Elle n’est plus décernée à partir de 1958.
.

  • La Médaille des évadés

Elle est instituée en 1926 pour récompenser les actes ou les tentatives d’évasion des prisonniers au cours de la Première Guerre mondiale puis de la Seconde Guerre mondiale.
.

  • La Médaille militaire

  C’est l’une des décorations des plus prestigieuses et des plus originales.  Elle est créée en 1852 par Louis Napoléon Bonaparte (futur Napoléon III) et récompense à la fois les soldats, gradés, sous-officiers et les généraux ayant commandé en chef devant l’ennemi.
Pour les médailles militaires,  les dossiers ne contiennent  que  la correspondance relative aux demandes de traitement.
.

Exemple d’un dossier

Exemple du dossier de demande de la médaille de Sainte Hélène de Jean Baptiste Gosselet, né à Cambrai le 18 octobre 1789 :


M 123 / 7 : lettre de demande

Nous apprenons qu’il a été conscrit en 1809. En 1812, il a rejoint la 50ème cohorte du Nord puis le 2ème  régiment d’artillerie. Il a participé à la campagne d’Allemagne en 1812 et la campagne de France en 1814.

Exemple de diplôme reçu par les médaillés de Sainte Hélène :


M 123 / 7 : Ghislain (2ème dossier)